[ Portraits de collaborateurs ] Franck et Julien, gardiens d’immeuble chez Podeliha, aux premières loges durant le confinement

Pour assurer la sécurité de tous et prévenir les difficultés, les personnels de proximité de Podeliha ont repris leur travail dès le 30 mars dernier. Leur activité, même à temps réduit, a permis d’assurer une continuité de services dans l’entretien des résidences, et de maintenir la salubrité des lieux communs particulièrement importante dans ce contexte pandémique du COVID-19.

Le 17 mars dernier, le gouvernement mettait en place des mesures de confinement pour endiguer l’épidémie de COVID-19, avec des restrictions de contacts humains et de déplacements, provoquant la mise en pause des activités non essentielles. Dans ce contexte, Podeliha s’est organisée pour assurer à la fois une continuité de services aux locataires et des conditions de travail sécurisées à ses collaborateurs sur le terrain qui ont repris leur activité dès le 30 mars de manière progressive.

Franck et Julien, tout comme les 76 personnels de proximité qui rayonnent majoritairement sur le Maine-et-Loire, ont dû s’accommoder des nouvelles mesures liées à la crise sanitaire. Outre leur mission habituelle d’assurer la sécurité des sites : maintenance technique, gestion des poubelles et des encombrants… ils ont dû procéder à un nettoyage plus drastique de certains équipements dont la désinfection des points de contact dans les parties communes en priorité : rampes d’escalier, interrupteurs, boutons d’ascenseur…

« Je n’ai pas eu d’inquiétude à la reprise du travail. Ma société a mis tout en œuvre pour que nous puissions reprendre dans de bonnes conditions, et nous a équipés des protections nécessaires : masques, gants, gel hydroalcoolique, lingettes et désinfectants nous ont été fournis », témoigne Franck, gardien d’immeuble à Angers – quartier des Hauts-de-Saint-Aubin. Malgré un temps imparti plus réduit, Franck ne s’est pas découragé. Il a repris l’entretien pour rassurer les résidents d’une part et d’autre part, a remis un peu d’ordre, notamment par l’évacuation d’encombrants déposés dans les locaux communs malgré l’interdiction.

« Quand on sait que la propreté incite au respect, c’était important pour nous et pour les locataires de retourner au travail au plus vite » ajoute Franck.

Quant à Julien, gardien d’immeuble à Saint-Sylvain-d’Anjou, il partage le ressenti de Franck. Il avoue avoir été plutôt content de reprendre le travail et de rester actif pour penser à autre chose : « Les locataires confinés étaient informés de nos horaires de passage et avaient pour consigne de limiter les contacts et de respecter les gestes barrières. A ma reprise, j’ai été agréablement surpris de découvrir certains sites très propres et de constater que les locataires avaient entretenu les espaces communs pendant mon absence, ce qui n’a pas été forcément le cas pour tous mes collègues ».

Depuis le 11 mai, date du déconfinement, les personnels de proximité (gardiens, employés d’immeuble, agents de propreté) ont repris le travail à temps plein. Un protocole de sécurité leur a été remis afin de les protéger au maximum dans l’exercice de leurs fonctions au quotidien. Ces dispositions restent valables pour les territoires non pourvus de personnels de proximité. Dans ce cas, l’entretien est assuré par une entreprise de nettoyage dont la prestation a été privilégiée ou maintenue selon les départements pendant toute la durée du confinement.

Fière de leur implication au sein des résidences, Podeliha remercie ses collaborateurs en proximité dont le rôle essentiel permet de préserver au mieux la sécurité de tous durant cette période.

 

Podeliha, le 15 mai 2020

Curabitur fringilla eget libero. Nullam id libero et,