[ Portrait métier ] Patrice : un jardinier passionné de longue date

Pilotée par Stéphane, l’équipe d’entretien des espaces verts est composée de dix jardiniers. Elle crée, aménage et entretient à l’année, les espaces extérieurs du parc de logements sociaux de Podeliha, qui comprend à la fois des immeubles et des pavillons individuels. L’un de ces jardiniers, Patrice, nous parle de son métier qu’il exerce avec enthousiasme au quotidien, et ce, depuis douze ans maintenant.

Patrice est ce que l’on appelle un passionné. Avec un Bac technique et un BTS en production florale comme bagages, il a depuis longtemps choisi sa vocation. Âgé de 52 ans, il a officié durant vingt ans en tant que chef de culture dans une entreprise d’horticulture et maraîchage avant de rejoindre Podeliha, en tant que jardinier au sein de l’équipe d’entretien des espaces verts.

Jardinier : un métier d’extérieur en pleine évolution

Pour entretenir les 450 sites de Podeliha dont 170 sites gérés en interne, la Régie de travaux dirigée par Yves réalise la logistique et le pilotage de l’ensemble de la gestion des espaces verts et des espaces extérieurs.

Sur le terrain, l’équipe de jardiniers travaille systématiquement en binôme et chacune d’entre elles gère une trentaine de sites environ. Autonomes et organisées, ces équipes sont parfaitement rodées et travaillent en synergie pour mettre en œuvre les meilleures méthodes de culture et sélectionner les végétaux adéquats en fonction de leur environnement. Dans son équipe, Patrice gère et entretient de petits sites, ce qui n’est pas pour lui déplaire…

“J’ai la chance d’avoir en charge de petits sites qui me permettent de travailler un peu comme dans mon jardin. Avec ma formation horticole, j’apprécie particulièrement de travailler avec des fleurs, sur des sites pas trop grands où les locataires sont sensibles à notre travail.”

L’entretien des végétaux se fait tout au long de l’année pour que les espaces verts soient agréables à vivre et offrent aux habitants, des lieux de partage et de convivialité. Quant à la création de massifs et de plantations diverses, c’est la période automnale qui est privilégiée.

“La création, elle se fait généralement en automne, en octobre et en novembre. À l’aide d’équipements tels qu’une mini-pelle, nous retirons les plantes et arbustes abîmés ou vieillissants pour repartir de zéro. Une fois le terrain préparé, nous replantons des massifs et des plantes, nous semons du gazon pour faire évoluer nos sites”.

Réduire les charges locatives : une mission primordiale pour Podeliha

Dans une réelle volonté de réduire les charges locatives, des choix stratégiques sont faits quotidiennement en amont par le service des espaces verts. L’objectif étant de diminuer les interventions et l’entretien des végétaux.

Pour ce faire, en fonction des endroits, les jardiniers privilégient des plantes à évolution et végétation lentes, moins invasives, pour éviter une taille trop récurrente telles que des Nandina qui sont des plantes décoratives à feuilles rouges, des Abelia, des arbustes à floraison, des sauges, plantes vivaces à floraison, etc.

“Il y a un vrai équilibre à trouver entre le développement de la plante, sa capacité à se développer rapidement et la décoration ainsi que la floraison. Venant du domaine de l’horticulture, j’ai tendance à privilégier les plantes à floraison.”

L’écologie au cœur des préoccupations

Finis les arrosages et les produits phytosanitaires dans les espaces extérieurs ! Par souci d’économie et de protection de l’environnement, les méthodes ont changé depuis quelques années déjà. Le paillage à l’aide de copeaux de bois broyés lors de périodes d’élagage, est largement privilégié dans les massifs, pour d’une part éviter la repousse de mauvaises herbes et d’autre part, diminuer l’apport en eau.

“Les plantations se font en automne pour que les plantes et arbustes bénéficient de la pluie, abondante en cette période, avant de vivre les chaleurs estivales. Nous avons choisi cette période pour une plantation plus équilibrée des végétaux et du gazon”.

Quant à la tonte de pelouse, nous utilisons une technique appelée “mulching” qui consiste à laisser la pelouse sur place pour qu’elle agisse comme un engrais naturel et protège le sol de la sécheresse.

Les méthodes mécaniques sont également privilégiées telles que le ratissage à la main ou le rotofile pour réduire les herbes, le long des bordures. D’une manière générale, le matériel est moins lourd pour les jardiniers à l’instar du taille-haie électrique porté comme un sac-à-dos, et moins bruyant pour le voisinage.

 

Podeliha, le 20 avril 2022

vel, nec luctus Nullam massa at justo