Biodiversité et ville durable, l’exemple des Héliades

Les Héliades, 1ère résidence angevine en Bepos et 1ère résidence sociale en France à recevoir le label Biodivercity, a été choisie comme exemple lors du 8e congrès international du Bâtiment durable Cities to Be.

Cities to Be a réuni à Angers les 12 et 13 septembre, maîtres d’ouvrage, élus et collectivités, architectes, entreprises de construction, industriels, investisseurs… autour des solutions concrètes pour faire du bâtiment un axe de développement de la ville durable.  Jeudi 12 septembre, Yves Le Moine, responsable du service Régie de Travaux, et Pierre Monteillet, responsable du département Constructions neuves, chez Podeliha, et l’écologue Olivier Lemoine, concepteur du référentiel BiodiverCity, organisaient une visite guidée des Héliades pour une cinquantaine de participants du congrès.

Les Héliades constituent un projet expérimental et innovant à plusieurs titres : l’opération a été labellisée BiodiverCity, une première en France dans le secteur Hlm. C’est également le premier Bâtiment à Energie POsitive (le bâtiment produit plus d’énergie qu’il n’en consomme) sur Angers. Il est le résultat d’un dialogue constant entre toutes les parties prenantes, notamment le cabinet d’architectes Barré-Lambot et Bouygues Bâtiment Grand Ouest. Une enquête menée, en amont du projet, auprès des locataires de Podeliha avait permis de recueillir leurs attentes en termes d’usage et de services rendus. Et c’est bien dans ce dialogue dès la conception qu’il y a innovation !

Les innovations sociale, architecturale et paysagère des Héliades

La visite a mis l’accent sur le caractère innovant du projet, tant sur la conception-réalisation que sur le volet social, l’aspect préservation de la biodiversité et la valorisation des espaces verts. La résidence des Héliades, répartie sur deux bâtiments, possède un très beau jardin collectif qui offre plusieurs fonctions : un espace de jeu, un espace de détente et un verger-potager. Pour Yves Le Moine, la réussite de ce projet tient au fait que « dès la conception et à chaque étape du process, les espaces verts ont été pris en compte ! Ils n’ont pas été, comme dans beaucoup de projets, la 5e roue du carrosse. On sent bien ici l’intégration végétale au bâtiment, avec par exemple les plantes grimpantes, qui offre une belle respiration aux habitants, même s’ils sont en ville ! »

Olivier Lemoine, l’écologue fondateur de BiodiverCity, qui a pleinement participé à la conception du projet, a rappelé l’enjeu : « la biodiversité est au cœur même du projet. Une étude d’impact avait mis en évidence un contexte idéal, avec la connexion avec la Coulée verte et la proximité du parc végétal Terra Botanica. Le parti pris architectural a largement pris en compte cette biodiversité, grâce à un dialogue permanent avec les équipes de la conception-réalisation, le service des Espaces verts et le paysagiste Guillaume Sevin. Mais la biodiversité n’est rien sans les usages et le quotidien. Une enquête menée auprès des locataires de Podeliha avait permis de recueillir leurs attentes en termes d’usage et de services rendus. »

Un projet inspirant… et duplicable ?

Pour Pierre Monteillet, « les démarches d’innovation comme celles mises en place aux Héliades, nous permettent de trouver des éléments reproductibles pour d’autres constructions. Cela permet d’emmener notre production vers le haut. Nos démarches d’amélioration continues sont favorisées par des expérimentations comme celles-ci sur tous les plans : social avec l’implication des habitants et la prise en compte de la mixité sociale, en termes de bâti, en termes d’espaces verts, en termes de biodiversité. C’est très inspirant au quotidien ! »

Podeliha le 19 septembre 2019

fringilla commodo adipiscing vulputate, Phasellus accumsan Donec efficitur. quis, mi, Sed